Courant octobre, le chef de cabinet de la Mairie de Bègles a rencontré les membres du bureau du quartier Birambits pour une prise de contact et « une revue de quartier ». 

Les questions abordées ont fait l'objet d'une note d'enjeux, dont vous trouverez ci-dessous l'intégralité du texte. 

Ce note a servi de présentation lors de l'entretien que M le Maire a accordé, vendredi 17 novembre dernier, aux représentants des bureaux des quartiers Argous et Birambits. Cette réunion fait l'objet d'un compte-rendu sur ce blog.

Nous souhaitons préciser que cette note n'est pas exhaustive, mais évolutive.

N'hésitez pas à nous faire part de vos réactions à travers la boîte de dialogue de ce blog ou sur l'adresse mail habituelle : birambits@gmail.com

 

NOTE D'ENJEUX

Bègles dans la métropole.
La commune compte quelques 26400 habitants en 2014 (source INSEE), en hausse par rapport à 2009. Cependant, la mise en service de la ligne C du tramway et la densification urbaine corrélative laissent entrevoir, à terme, une population de plus de 30000 habitants, avec une densité égale ou supérieure à 3000 habitants/km2.
Le tropisme du quartier Birambits en est affecté en profondeur. D'une part, le Birambits historique, celui du "cournau", connait une densification autorisée par les différentes évolutions du PLU. D'autre part, un Birambits nouveau émerge dans le secteur Terres Sud, autour de l'actuel terminus de la ligne C et du Lycée Vaclav Havel.
Les deux secteurs, Cournau et Terres-Sud, sont très dissemblables, tant par le bâti que par la population. Maisons individuelles anciennes, R+1 maxi, avec qqs immeubles, importante proportion de "Béglais historiques" d'un côté. Immeubles récents, population nouvellement implantée, peut-être plus jeune, de l'autre. L'animation du quartier pose quelques défis et difficultés, et l'hypothèse de la dissociation du quartier, en vue d'en créer un onzième, est à prendre en considération.
Il semblerait par ailleurs que des velléités de prise en charge se fassent jour au sein de Terres Sud.

Proposition : L'Association Birambits gère l'animation des deux secteurs, jusqu'à nouvel avis et en fonction de ses moyens. Elle cherchera à susciter des vocations au sein du secteur Terres-Sud en vue de son autonomie à moyen-terme.

Cette question générale mise à part, se posent plusieurs questions de bien public qui concernent l'ensemble du quartier, à savoir:
- la voirie
- le stationnement
- les mobilités
- internes à la commune
- de la commune vers la métropole
- les itinéraires cyclables et modes doux
- la collecte des déchets
- les capacités d'accueil pour les enfants et très jeunes enfants
- les capacités d'accueil pour les seniors et personnes âgées
- le civisme et les civilités (vs les incivilités, la sûreté et la sécurité)
- la complexité administrative


La circulation automobile et le stationnement
La densification augmente le nombre de véhicules ainsi que les difficultés de circulation et de stationnement. Les capacités de garage sur voies sont saturées, voire insuffisantes. Ce phénomène s'aggrave à mesure qu'on s'approche des limites de Bordeaux.
La Route de Toulouse est un axe problématique, de plus en plus, en raison, notamment, de l'importance et de la consistance des programmes immobiliers, tant à Bègles qu'à Villenave et Talence. La densité automobile monte en flèche. L'heure de pointe s'étale et les difficultés commencent dès 7 heures du matin (plus d'une heure pour se rendre depuis Orphelins à Mériadeck en TBM). Les deux lianes 5 et 15 ont perdu de leur performance.
Les problèmes de stationnement se multiplient, notamment:
- Le P+R Terres Sud est insuffisant et le stationnement se fait sur le parking SIMPLY
- aux abords des écoles et maternelles, peu de capacités d'arrêts de courte durée
- stationnement sous-dimensionné aux abords du Parc de Mussonville
- Le P+R Dorat est bien utilisé, mais sa pérennité ne semble pas certaine.
- Les parkings-silos semblent dédaignés, ce qui génère du stationnement sauvage notamment à Terres-Sud.
- Stationnement anarchique de véhicules électriques de personnes en appartement ne disposant pas de garage.

A l'intérieur du quartier, des voies et boucles en sens unique pourraient augmenter les capacités de stationnement.

Propositions:
1. Un P+R provisoire (dans l'attente du parking définitif prévu à côté du futur terminus de la ligne) de capacité plus importante mériterait d'être envisagé à proximité de l'actuel terminus. (beaucoup de voitures stationnées sur le parking SIMPLY, phénomène qui s'accentuera lorsque l'îlot des concessionnaires sera aménagé).
2. Hypothèse d'un P+R permanent sur cet îlot ?
3. Faire évoluer la gestion des parkings silos proposés par les bailleurs, mais vides car non pris en location. Hypothèse d'un arrêté municipal pour prise de location indissociable appartement+parking.
4. Etudier la pertinence de la mise à sens unique du Chemin de Mussonville, de la rue de l'Epargne, de la boucle Gonzales-Gounod.
5. Equipements de chargement de véhicules électriques.


Les mobilités
En appliquant la règle de trois, une ville de 32000 habitants génère 23% de déplacements de plus qu'une ville de 26000. Il convient par ailleurs de prendre en considération le fait que Bègles s'inscrit dans une métropole de 750000 habitants et d'appliquer un fort coefficient majorateur.
Cependant, 23% de véhicules en plus sur un réseau routier sans évolution notoire, cela conduit à l'asphyxie dont, à Bègles, nous commençons à sentir les premiers effets.
Le phénomène s'amplifie par la politique de Bordeaux-ville de généraliser le stationnement payant et de "chasser" la voiture hors de ses murs. Les "voitures chassées" se retrouvent à Bègles et les problèmes sont seulement déplacés.
La métropole réagit à cette évolution par une politique volontariste de transports en communs. Le tramway a capté d'importants flux de déplacements, mais se révèle inefficace pour les mobilités périphériques (de Bègles à Cenon, de Bègles à Pessac, Mérignac ...) L'ouest métropolitain (Pessac, Mérignac) est l'un des pôles d'emplois de la métropole et nombre de Béglais s'y rend, hélas en voiture.
Par ailleurs, la mobilité des PMR est problématique à certains endroits.
Il y a d'autre part une attente d'extension des itinéraires cyclables (rues F Buisson, Albert Thomas, ...)

Propositions:
1. Qualifier BHNS les lianes 5 et 15 et donc envisager des aménagements sur la route de Toulouse
2. Réflechir à l'intermodalité (voire interopérabilité) tram/TER. Une liaison directe TER depuis Bègles jusqu'à Talence-Pessac (sans passage par Bx St-Jean) pourrait draîner quelques flux périurbains.
3. Une intermodalité à Talence-Gambetta, par aménagement d'une gare TER en dessous de l'arrêt tram, aurait des répercussions positives sur les mobilités à Bègles
4. Augmentation de la fréquence tram C sur le tronçon : Gare Bègles/Terres Sud
4. Profiter de la mise à sens unique pour étendre le réseau cyclable.
5. Etendre les aménagements PMR
6. création d'une station VCUB dans le quartier


Petite enfance, enfance et troisième âge
Redimensionner l'accueil scolaire et périscolaire.
Augmenter les capacités d'accueil pour personnes âgées (EHPAD)


La vie de quartier.
Un besoin de salles et de lieux de réunion.
Pistes:
- agrandissement salle Mussonville, voire son doublement par un bungalow
- création salle sur place C Franck, à partager entre Argous et Birambits
- usage de la salle annexe Espace J Vautrin ?


Une ville sûre et apaisée
Un ressenti de déterioration de la sûreté, de recrudescence des incivilités (voire +) envers les personnes, les biens.
Propositions:
- Faut-il une police municipale ? L'association ne saurait trancher. Elle note en revanche le besoin d'une présence policière plus efficace
- Remettre au goût du jour les missions d'apariteur de voirie


La complexité administrative
Quelques sujets à propos desquels la saisine administrative semble compliquée voire fastidieuse:
- le signalement des dépôts sauvages de déchets ou des défauts dans les tournées de ramassage. Même si les compétences ne sont plus municipales, l'Asso réitère se demande d'avoir un relais municipal qui centralise les demandes et fait le suivi de leur réalisation (cf notre courrier du 12 avril 2017)
- usage des salles municipales: parfois deux interlocuteurs municipaux
- vérification par la municipalité de l'adéquation des moyens de collecte avec l'importance des chantiers mis en oeuvre par les bailleurs


Gouvernance
Une attente de la part du quartier Birambits, et sans doute aussi de la part des autres quartiers, d'être plus et mieux associé aux évolutions de la commune et aux projets d'investissements qui modèlent le futur. Porter les attentes du quartier, mais aussi relayer auprès du quartier les orientations décidées.

Proposition: Une platefome Bègles-Villenave-Talance pour engager des actions communes autour de la mobilité périphérique, des aménagements de la route de Toulouse ...